Gustu : la trattoria italo-corse la plus cool de La Villette

Il n’y a pas très longtemps, j’ai eu la chance d’être invitée à tester Gustu, une trattoria où les saveurs corses et italiennes se mêlent de l’entrée au dessert. Arrivée à l’adresse indiquée, je lève la tête. Waw. C’est là que je vais manger ?

Le lieu en impose. Gustu est niché au cœur de La Rotonde Stalingrad, sorte de monument échappé de l’Antiquité qui surplombe le bassin de La Villette. Sous ses allures intimidantes, le lieu cache pourtant bien son jeu… On vient y boire des verres en terrasse, goûter la chaleur des plats méditerranéens, ou encore danser jusqu’au petit matin. Après avoir solennellement gravi les marches du bâtiment, j’entre pour atteindre le restaurant.

La trattoria by Gustu

Visite guidée

A l’intérieur, Gustu apparaît, baigné de lumière grâce à une grande verrière qui le surplombe. La hauteur sous plafond, vertigineuse, laisse respirer l’espace. Les plantes vertes disposées un peu partout renforcent son atmosphère accueillante.

J’ai beaucoup aimé la déco en mode récup avec des luminaires faits à partir de filets de pêche ou de cymbales, un miroir vieilli, des chaises dépareillées… Et quand on y regarde d’un peu plus près, on peut parfois apercevoir une étiquette. Certaines pièces du mobilier sont en effet à vendre pour ceux qui auraient un coup de cœur !

Une fois installée, difficile de ne pas loucher sur les pizzas des voisins… Bien garnies, elles sont cuites au feu de bois et ont l’air délicieuses. En plus, elles ont toutes un nom corse amusant : « Era Ora ! » (Il était temps !), Avà Basta ! » (Maintenant, stop), « Mica Male ! » (Pas mal ça !). Ah, mais voilà nos plats, servis dans une vaisselle artisanale fabriquée en Corse.

A table !

Pas de pizza pour moi, j’ai plutôt craqué pour les raviolis au chèvre, figue et miel… que j’ai DEVORES. N’étant pourtant pas fan des mélanges sucré-salé, j’ai trouvé que le mixe fonctionnait parfaitement ici, chaque coup de fourchette en appelant un autre, et un autre… Les raviolis maison sont crémeux, le chèvre et la figue se complètent sans prendre le pas l’un sur l’autre. En bref, le plat est gourmand sans être écœurant.

Pour accompagner le repas, on nous a conseillé un vin corse corsé (oui, c’est dur à prononcer) qui avait du caractère sans être agressif. Je suis loin (loin) d’être une connaisseuse, mais j’ai trouvé qu’il se dégustait aussi bien seul en attendant le plat que pour l’accompagner et le souligner. Les vins en provenance de l’île de Beauté sont d’ailleurs tous sélectionnés par Christophe Poligani, à la tête du lieu, qui connaît personnellement les producteurs. Autre principe que j’ai beaucoup aimé : le chef a créé un potager sur l’une des terrasses du Grand Marché Stalingrad où il fait pousser herbes aromatiques, tomates et aubergines que l’on retrouve dans l’assiette. Dans quelques temps, on aura peut-être même l’occasion de goûter une salade entièrement réalisée avec ce potager maison !

En dessert, j’ai voulu tester le tiramisu spécial Gustu. J’ai trouvé l’ensemble un peu lourd, je les préfère personnellement quand ils sont plus aériens, mais la portion généreuse plaira aux plus gourmands.

Le mot de la fin

Gustu devrait plaire à ceux qui aiment les lieux orignaux (sans être trop insolites non plus) et j’y retournerai bien, mais plutôt en partageant des plats à plusieurs pour découvrir encore un peu plus la carte. Ce qui finira certainement dans mon assiette la prochaine fois : les beignets de fromages frais de brebis (surtout que c’est une recette familiale, celle de la maman de Christophe), les dés de porchetta à tremper dans du ketchup aux herbes du maquis ou encore… le camembert rôti au lait de bufflonne, accompagné de noisette de cervioni et de miel aux senteurs du maquis. Pensez à réserver par contre !

Si vous avez envie d’en savoir un peu plus, c’est en-dessous que ça se passe :

Christophe Poligani, le Corse passionné derrière Gustu

Il aurait dû faire carrière dans le commerce international… Heureusement pour nous, il a bifurqué juste après son master. Au costard cravate et aux négociations, il a préféré le tablier pour partager les spécialités de son île et d’Italie. Il ouvre alors Lo Zio, un resto qui a popularisé la piadine, une galette garnie de produits italiens. Mais quand on lui propose de reprendre les rênes de la partie restauration de la Rotonde Stalingrad, en manque de vitesse, il ferme le lieu pour se consacrer à 100% à son nouveau bébé : Gustu. Et pourquoi Gustu ? Parce que ça veut dire « goût » en corse. Simple, basique.

Dis donc Jamy, c’est quoi la Rotonde Stalingrad ?

Attention, point culture, on n’est pas là juste pour manger des piazzetta.

Il faut l’avouer, l’architecture de La Rotonde Stalingrad a de quoi intimider. Fière et presque austère, le bâtiment était bien loin d’être aussi fun qu’aujourd’hui : construit au XVIIIème siècle, il servait à récolter l’octroi, l’impôt sur les marchandises qui entraient à Paris… Pas de panique, plus aucun contrôleur fiscal ne traîne dans le coin (à moins que ce ne soit avec une bière à la main). Laissé à l’à l’abandon pendant plusieurs années, l’équipe de La Bellevilloise l’a dépoussiéré en 2013 avant que Gustu ne s’installe en 2017, lui insufflant son charme Corse.

La Rotonde comprend plusieurs espaces :

  • Une grande terrasse conviviale où on se pose pour prendre un verre et grignoter un bento ou des spécialités géorgiennes à aller chercher dans les différentes cabanes culinaires. On peut même profiter d’ateliers massages, de cours de yoga ou de jeux pour les enfants quand il fait beau.
  • La Trattoria de Christophe Poligani aux saveurs corses et italiennes, avec des produits de saison et issus du circuit court. Deux fois par mois, le resto fait la fête : les tables et chaises sont poussées sur le côté pour mieux pouvoir danser.
  • Le Refuge by Gustu où se réfugier boire un cocktail aux notes italo-corses et grignoter des antipasti.
  • Un mini-club pour se trémousser et dépenser tout ce qu’on a accumulé les vendredis et samedis de minuit à 6 heures du matin.

La trattoria by Gustu

Dans le Grand Marché Stalingrad

6-8 place de la Bataille de Stalingrad

Paris 19ème arrondissement

Pssst ! Si vous aimez les bons produits et les ambiances à la cool, c’est par ici : Ô Lieu De : le bar de potes au petit goût de reviens-y

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *